Accueil Salon du 11 et 12 mars 2011 C.I.F. V.A.E. Contrat Pro Les trophées de la Formation Contact

Se former pour évoluer

Si la reprise d’une formation est un moment excitant, c’est parfois aussi une longue marche semée d’embûches. Quelques règles de bons sens et une volonté de fer suffisent à éviter les obstacles. À commencer par une profonde introspection sur nos réelles motivations : quel est mon projet, que suis-je prêt (e) à lui consacrer...
Enfin, il convient de faire le tri parmi une offre de formations toujours plus riche, et parfois confuse.

“Connais-toi toi-même” : partir de ses besoins

C’est la phase que l’on bâcle un peu trop souvent : celle qui permet de se pencher sur soi, de faire la balance entre son désir de changement et la réalité (perspectives d’emploi du domaine choisi, taille de son entreprise, moyens financiers, disponibilité...). Le bilan de compétences peut représenter une première étape pour y voir plus clair. Mais vous pouvez aussi, en attendant, tracer deux colonnes sur une feuille de papier : l’une qui recense les caractéristiques de votre situation professionnelle actuelle, l’autre qui répertorie les points d’amélioration possibles et souhaitables de cette situation. Entre les deux, une flèche symbolisera peut-être la formation que vous devrez suivre pour atteindre ces objectifs. Vous pourrez ainsi dégager plusieurs projets et choisir plus aisément :

  • de préparer un diplôme ou une qualification : si vous désirez valider votre expérience professionnelle, changer d’échelon au sein de votre entreprise ou si vous envisagez de faire reconnaître plus facilement vos compétences auprès d’un autre employeur
  • d’effectuer un stage court : si, dans votre pratique professionnelle, vous avez l’impression qu’il vous manque quelques connaissances, un stage court, même de quelques heures seulement, pourra vous aider à vous sentir plus à l’aise. Par exemple, même si vous n’êtes pas prioritairement concerné par l’utilisation d’Internet, une simple initiation (interne ou externe) de quelques heures vous évitera beaucoup de temps perdu. Et, si vous êtes demandeur d’emploi, cela vous permettra de justifier d’une connaissance et d’une pratique, même restreintes, de cet outil.


Chercher l’information

Qui va pouvoir répondre, et dans quelles conditions, à vos besoins identifiés de formation ? Attendez-vous, lors de votre quête, à être inondé par des sigles variés comme Opacif, MIF, PAIO, CIDJ, voire quasiment imprononçables tels que CNIDFF (Centre national d’information et de documentation des femmes et des familles) !  Peu centralisée, l’information sur la formation continue est pourtant accessible à tous. Toutefois, en fonction de son statut et de sa situation professionnelle, certains organismes sont plus indiqués que d’autres. Par exemple, les cadres auront plutôt intérêt à se rendre à l’association pour l’emploi des cadres (APEC) qui renseigne notamment sur les dispositifs de formation continue. La démarche la plus efficace consiste à partir du général pour arriver au particulier. Ainsi, on peut vous conseiller de vous rendre dans une maison d’infor­mation sur la formation, qui répertorie un maximum de données sur les stages et les organismes, puis de vous diriger vers des lieux d’information plus spécialisés, tels que l’association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), les chambres de commerce et d’industrie (CCI) ou la délégation académique à la formation continue (DAFCO) qui fédère les 16 Groupements d’établissements de l’Education Nationale (GRETA).

Faire son marché

La prise de contact et la visite de plusieurs organismes de formation se révèlent indispensables avant de choisir celui qui conviendra précisément à vos attentes et à vos besoins. Voici quelques repères pour vous aider à distinguer le bon grain de l’ivraie...

==> Quinze ou deux cents stagiaires ?
Renseignez-vous sur le nombre de personnes formées dans une même session. Pour être efficace, une formation continue ne doit pas réunir trop de stagiaires et requiert un suivi très individualisé.

==> Quels sont les moyens mis en Oeuvre ?
Si vous souhaitez, par exemple, vous initier aux nouvelles technologies, vous aurez besoin d’un ordinateur à votre disposition, et non d’un cours théorique dans un amphi. Demandez à visiter le lieu du stage.

==> Quelle est la validité de cette formation auprès des professionnels ?
Certains organismes sont très connus et appréciés pour une ou quelques formations qu’ils dispensent, ce qui n’implique pas que tous les stages proposés ont la même qualité. Informez-vous auprès du milieu professionnel concerné, n’accordez pas votre confiance à la seule réputation d’un organisme. Ni à sa taille : ce n’est en aucune façon un critère de choix. Les apparences sont également trompeuses : le papier glacé du catalogue, les fauteuils en cuir de l’entrée peuvent masquer des enseignants mal formés et peu motivés ainsi qu’un matériel défectueux. A contrario, un petit organisme de formation très spécialisé pourra être contraint, pour subsister, d’être toujours à la pointe !

Demander un contrat

Si vous avez décidé de financer vous-même votre formation, vous devez demander un contrat à l’organisme que vous avez sélectionné. Ce dernier doit comprendre les précisions suivantes :

  • la nature, la durée, l’objet de la formation et les effectifs concernés par le stage ;
  • le niveau de connaissances requis pour suivre le stage et obtenir les qualifications auxquelles il prépare ;
  • les moyens pédagogiques et techniques mis en œuvre, les modalités de contrôle des connaissances et la nature de la sanction éventuelle de la formation ;
  • les diplômes, les titres ou les références des personnes chargées de la formation ;
  • les modalités de paiement, ainsi que les conditions financières prévues en cas de cessation anticipée de la formation ou d’abandon en cours de stage.

La Région, un acteur dynamique

Outre les financements via le plan de formation de l’entreprise, le CIF, le DIF, évoqués dans ce guide, ou encore les aides du Pôle Emploi (pour les demandeurs d’emploi) de nombreux dispositifs permettent à chaque profil de candidat d’accéder à la formation professionnelle.
En 2009, à travers le programme régional de formation (PRF), 66 000 parcours ont été réalisés dont 83% par des demandeurs d’emploi, 48% par des jeunes de moins de 26 ans et 54% par des femmes, dans 37 domaines professionnels. Les aides varient en fonction de la formation suivie, du statut et de l’âge. Les demandeurs d’emploi inscrits dans une formation agréée par la Région bénéficient d’une indemnisation. Ceux qui s’engagent dans une formation diplômante d’une durée de six mois minimum dans le cadre d’un projet personnel peuvent prétendre à l’obtention d’une bourse (sous certaines conditions). Le site www.nordpasdecalais.fr, rubrique “formation” vous renseigne et vous permet d’orienter votre démarche de formation.

Retour